Non classé

Rendez vous musical

Jour par jour la programmation du Festival In Juigné.

Cet été le Festival in Juigné fera son retour du vendredi 30 juin au dimanche 2 juillet pour sa deuxième édition. Jour par jour on vous en dit plus sur ce festival à ne pas manquer.

Vendredi 30 juin :

Dans l’église de Juigné rendez-vous à 19h30 pour écouter le Gospel Rivers, un Chœur cosmopolite (Afrique, Antilles, Etats- Unis…), qui  vous mène « Down by the riverside » pour chanter et danser avec eux lors d’un voyage musical à ne pas manquer.

Suivi à 20h 45 Sur la scène off du festival par le Jazz Moket’s Quartet qui propose un jazz/funk purement instrumental, avec un groove dont seuls ses membres ont le secret. Un E.P intitulé Groove Infusion est sorti en août 2016 et nous vous proposons le teaser de la sortie de l’Ep dans lequel on peut voir le groupe lors de la première édition du Festival in Juigné (23s-29s).

Samedi 1er juillet:

Départ à 19h, pour Yellam et son second album The Musical Train après un premier opus remarqué par le site Reggae.fr et un EP « Get On Board » classé 2eme Ep de l’année sur ce même site, Yellam nous invite à monter à bord de son Musical Train.

Tété, guitariste passionné depuis l’adolescence, Tété sort son premier album, L’air de rien, en 2001.Deux ans plus tard, c’est la consécration avec À la Faveur de l’Automne. Depuis, il ne s’est jamais arrêté – ni de tourner, ni de composer, pour lui ou pour les autres (de Gaël Faure à Fréro Delavega.). Tété à retrouver à 20h45.

Puis Babylon Circus,  la bande de potes qui voulait faire du « reggae-ska parce que c’est cool », s’est retrouvée à jouer sa musique, sans étiquette, sans style attitré, avec pour moteur l’envie de découvrir, de mélanger et de rassembler. Tout ce qu’ils ont rencontré leur a pris et donné quelque chose. Ils se sont métissés, ils ont grandi, sont tombés et sont relevés, toujours plus eux. Ils reviennent avec un album plus rock et qui leur ressemble, un album vif et patiné, riche d’une maîtrise acquise avec les années et rempli du souffle qui les anime depuis toujours. « Never Stop », (2013) c’est le titre de ce 5e opus, qui sonne comme un crédo. Never Stop ? Ok mais “rewind” alors : “rewind” comme les cassettes de l’adolescence échangées en guise de serment du sang. Sur la scène du festival à 22h30.

Dimanche 2 juillet:

Reprise à 18h30 avec The Shougashack: la rencontre entre les auteurs-compositrices-interprètes mancelles Nadia Simon, Lola Baï et Clelia Vega, en novembre 2013. Influencées par les premiers blues, elles unissent leurs voix, la basse, la autoharp et la guitare, rythmées par des percussions corporelles.Entre Robert Johnson et Camille, elles livrent une musique brute, sauvage et libre. Fermez les yeux, bien installé dans votre Rocking chair, tendez l’oreille et laissez-vous transporter par les mélodies contagieuses des ShougaShack qui vous toucheront par une doucecaresse évidente où tout devient simple pour votre plus grand plaisir. Serein, vous vous rendrez compte qu’elles sont justes à côté de vous… Partirez-vous ?

Malted Milk, un band qui selon Sébstian Danchin se distingue d’autres ensembles européens qui chassent sur les mêmes terres par sa capacité à échapper au syndrome de la copie. Par sa créativité, il propose à la soul de nouveaux horizons tout en restant fidèle à l’imaginaire sudiste originel, ainsi que l’a montrée la reprise éclairée du Wiggle de Syl Johnson. Le reste est du lait 100% malté, gorgé de funk, de riffs cuivrés, d’envolées de guitare, de lignes de basse nerveuses, de feulements d’orgue… Sans oublier la voix lactée d’Arnaud qui ferait fondre le public féminin du chitlin’ circuit, ou encore les pépites signées Karl W. Davis, Nina Attal et 20Syl, venus prêter allégeance au groove ce soir d’octobre où la température approchait le point d’ébullition.Malted Milk n’est jamais aussi puissant que sur scène, ce live bienvenu le confirmera à tous ceux qui n’étaient pas dans la salle. Une bombe !

Boney Field’s & the bone’s project, à 22h15, élevé aux prêches du gospel dominical, grandi dans le blues électrique, ce trompettiste et chanteur est l’héritier d’une longue tradition, qui n’a cessé de se rénover, de s’ouvrir aux influences sans pour autant oublier ses fondamentaux. C’est cela que porte aujourd’hui Boney Fields, le son de Chicago, la cité des vents qui fut le laboratoire de la musique noire-américaine. À l’instar de ses illustres pairs fondateurs,Boney Fields a tout autant été biberonné par le son des sixties, la soul et le rhythm’n’blues, mais aussi le funk, le jazz et le rock. Boney Fields ne jure que par le groove, le plaisir de faire bouger les corps et le désir de faire chavirer les âmes.

 

 

0 comments on “Rendez vous musical

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :